vendredi 21 septembre 2018

Jardin Jasminé, Andalousie Anisée

A Bordeaux le quartier de la gare avait changé.

Les policiers du nouveau maire et ses camions de l'aube à eau pulsée avaient nettoyé la place de ses alcooliques violents et de ses prostituées espagnoles.
Le sexe tarifé avait été repoussé derrière la gare, de l'autre côté du pont de ferraille. Ces dames étaient bulgares désormais, poudrées à blanc, surveillées par des barbares de l'Est en 4x4. Quant aux clodos, nul ne savait ce qu'ils étaient devenus.

On s'était serré la main...

Cela commence ainsi, dans la préface de son ami, fidèle compagnon de ses aventures d'antan, Thierry Poncet. Une dernière rencontre, un dernier regard. Ce n'étaient pas des adieux, et pourtant, avec le temps, ce fut la dernière poignée de mains. Dès ces premières pages, j'ai cette émotion qui m'égorge la respiration, qui m’égratigne un peu plus l'âme. Une préface poignante. Un dernier regard à la terrasse d'un café, qui aurait pensé que ce dernier geste recueillerait des adieux.

Chaleur andalouse, c'est dans ses ruelles étroites que je déambule à travers le cruel destin d'Alma, cette petite fille qui parle avec Dieu - et le pire, c'est que Dieu lui répond. Comme une communion entre deux êtres où les mots sont devenus inutiles voir dangereux, parce qu'en ce temps-là, il ne fait pas bon s'afficher avec Dieu, encore moins être une petite fille juive, car en ce temps-là, on sait bien que tous les maux viennent des juifs, cela se passe d'ailleurs de mots, puisqu'au mieux ce sont des gros mots qui se vilipendent à travers les rues frappées par le soleil d’Espagne et par les ordres de la reine Isabelle la Catholique. Qui dit soleil qui me tape à l'arrière de la cabeza, je sors mon remède, plantes médicinales à infuser dans de l'eau fraîche de source, trois glaçons, un Ricard dans mon verre, sans piscine, sans orgeat, la chasse aux juifs est le moindre mal de l'époque, et Alma, le dernier roman posthume de Cizia Zykë.

Cette légende du Moyen-Âge m'entraîne donc à travers le mal humain, les persécutions et les tortures de l'imagination fertile quand il est question de mal. Dieu dans tout ça ? S'il parle avec cette jolie petite frimousse blonde, ses dignes représentants ne prêchent guère l'amour, sauf pour les petits culs juvéniles de ses ouailles. Car l'amour est dans la sodomie semble enseigner les prêtres, c'est aussi cela l'initiation à la vie des jeunes garçons, le rite traditionnel pour franchir le monde des adultes. Finalement depuis 1492, la couleur du monde n'a pas changé, comme celle de mon verre anisé.  

« Je vous entends d'ici, mes aimées lecturantes, mes appréciés lecturants, et bien sûr, vous, mes adorées lecturantines !
Je sais ce que vous dîtes, pauvres petites âmes désolées.
Âmettes navrées.
Âminettes en perdition.
Comment en est-on arrivés là ?
Oui, comment ?
Car enfin, nous nous étions embringués dans une belle histoire, avec une jolie petite fille blonde, un sourire charmant, des yeux bleus...
Et voilà que, tout à coup, un inquisiteur a des visions démentes, une souveraine pissote, la peur envahit les rues et les chevaux défèquent sur les soldats ! »

Entre quelques doses d'aventures, l'auteur que dis-je le conteur même se pose, met son histoire en pause le temps de nous interpeller. Oui, moi, toi, nous, directement. Il te questionne, je m'interroge, il se met en avant, me caresse dans le sens du poil pubien et remet ainsi du rythme et du souffle à cette épopée inquisitoriale. Des pensées égrainées dans la mouvance ironique et cynique. J'avoue, j'ai totalement kiffé ces digressions, plus que l'histoire en elle-même d'Alma, j'ai aimé ces incartades, juste le temps de remplir mon verre comme des interludes posées là, jusqu'après le point de la phrase précédente et me rafraîchir ainsi lorsque le liquide anisé, eau bénite d'hommes en bure, bite dure contre cul béni, parfume de mille senteurs ce délicat parfum de jasmin du jardin interdit.

« Difficile métier que le vôtre assurément.
Lecteur de conte, ce n'est pas de tout repos !
Moi, certes, j'ai la difficulté de l'écrire, mais au moins, j'en tire du bénéfice.
Mais vous...
L'argent que je gagne, c'est vous qui le perdez !
En supposant, bien sûr, que je sois encore là pour le dépenser, ce qui est fort loin d'être assuré...  »


« Alma », Cizia Zykë.

Un grand merci à Joël des éditions Taurnada.

8 commentaires:

  1. Mouais, mouais, mouais... Je vais me contenter de humer le parfum jasminée d'une andalouse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Direct à l'essentiel, l'essence de la vie et du désir...

      Supprimer
  2. Il vaut mieux ne pas avoir affaire à Dieu sauf s'il a une bonne excuse à exprimer... ce qui serait surprenant.

    "This world is an abomination."
    Eli Sisters

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore la philosophie et les bonnes paroles des frères Sisters !

      Supprimer
  3. « Alma » quel beau titre !
    De toda mi Alma ... ce mot en dit long ... Et quel billet ... !
    Enfin un Ricard dans un Ricard :)
    A quand un Bardouin dans un bardouin ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop bobo parisien le Bardouin dans un verre Bardouin ! :-)

      Supprimer
  4. Une éternité que je n’ai bu une Mauresque !
    Del’orgeat dans un Ricard c’est comme du coca dans un whisky ^^

    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais mis de l'orgeat dans un Ricard, ni même un 51...
      Comme le coca dans un whisky (heu, enfin si là j'ai du le faire... quand j'étais jeune... c'est à dire au siècle dernier)

      Supprimer