dimanche 19 mars 2017

Le Lion de Tasmanie

Il est là, seul assis sur un banc. Un quai de gare en Inde, des trains bondés, une foultitude qui rentre qui sort. La fumée envahit le quai, le ciel commence à tomber, la nuit avec. Il est toujours seul, il s’endort sur ce banc. Seul dans la nuit, sous les étoiles, clair de lune. 5 ans, seul à Calcutta. Il est perdu. La peur, la fuite, retrouver les siens. Impossible, improbable. Il ne sait même pas où il est, d’où il vient. Des souvenirs de promenades avec son frère gravés dans sa mémoire. Sa mère qu’il n’oubliera jamais. La police, l’orphelinat. Un couple d’Australien, Nicole Kidman frisée, l’emmène en Tasmanie, un koala en peluche, où il vivra les 25 prochaines années. Jusqu’au moment où il sentira le besoin de retrouver ses racines.

Google Earth, une merveille de technologie. Sans repère, juste un château d’eau visible du quai de gare. Comme de trouver un grain de riz dans un curry. Cette quête devient son obsession. C’est juste de ce côté-là que le film pêche un peu, cet excès de facilité à trouver avec la magie d’Internet les renseignements nécessaires pour arriver sur les lieux du passé. En dehors de cet aspect technique, le film est magnifique. Deux parties distinctes. L’enfance en Inde, elle fait peur, je sens les épices, le dépaysement est garanti. Je suis complètement immergé par le soleil jaune, la poussière ocre et aussi la misère qui y règne, ces milliers d’enfants que j’imagine perdus dans les rues de Calcutta, livrés à eux même ou à des gangs. L’adolescence (Dev Patel que j’ai adoré à ses débuts dans la série anglaise « Skins ») se joue en Tasmanie, j’y découvre une nouvelle Nicole Kidman qui a pris de l’âge par rapport à « Eyes Wide Shut » (mon film référence), émouvante et aimante qui joue dans la simplicité. Une mère adoptive qui aime ses enfants adoptés. Mais si l’Australie peut faire rêver, notre Saroo ado ne supporte plus sa vie. Boire une bière australienne devant la baie vitrée de sa maison, face à la mer et au déferlement des vagues, ne lui suffit plus. Il a ce besoin de retrouver les siens. Ce manque dans sa vie.



Bien sûr, quelques larmes couleront sur mon visage, quelques applaudissements en fin de séance, je suis resté enchanté par cette histoire, moi qui avais été plutôt hermétique à « Slumdog Millionnaire ». C’est du cinéma, comme je peux les aimer, parfois, fait uniquement de bons sentiments et sans effets spéciaux (à part la mise en plis de Nicole Kidman). Oui, j’ai adoré, simplement. J’en suis ressorti de la salle obscure caressé par le soleil printanier qui est venu illuminer mon retour d’Inde et de Tasmanie.   


« Lion » [2017], Garth Davis.    

12 commentaires:

  1. Ahhhh j’suis contente que tu l’aies vu et encore plus que tu en parles! Quelle histoire touchante, avec des scènes troublantes, d’autant plus qu’on sait que c’est la réalité de milliers d’enfants en Inde. Le personnage de Saroo, petit, est mon favori!! <3
    Expressif, tellement touchant avec toutes ses fragilités d’enfant. On a envie de lui prendre la main et de le ramener à la maison, ça me faisait mal pour lui! Le Saroo adulte m’a aussi émue. Il arrive à exprimer avec beaucoup de justesse, j'ai trouvé, le poids du passé qui pèse en lui. J’aurais quand même aimé en savoir un peu plus sur sa relation à son amoureuse, on ne laisse pas derrière soi un tel passé sans que ça ait des répercussions. On sait que c’est chaotique entre eux mais sans plus.
    Ce film c’est vraiment un voyage en Inde, les prises de vue sont là pour nous rappeler que le drame se joue dans un pays surpeuplé et extrêmement pauvre où chacun tente à sa manière de survivre. J’avais oublié mes mouchoirs pour la fin du film! La voisine m’en a donné un :D
    Le seul hic, j’ai vraiment eu du mal avec l’affro de Nicole Kidman!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une magnifique histoire, ce petit Saroo et son sourire, son regard perdu, ses grands yeux qui s'ouvrent au monde. Un film pour toi, effectivement.
      Mais j'ai aussi aimé ce Saroo ado, avec son passé qui le rattrape. Je me dis que le livre doit insister plus sur cette partie que le film n'a pu le faire, faute de temps.
      Chouette voisine que tu as eu, pleine de bon sens d'avoir emmené son paquet de mouchoirs.
      Nicole Kidman dans Eyes Wide Shut, ça le fait plus glamour même si je ne me souvient plus de sa coiffure :D

      Supprimer
  2. Eyes Wide Shut est l'un de mes deux films culte (avec Mulholland Drive).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Idem... et ça n'a rien à voir avec l'esthétisme des actrices :) (quoique...)

      Supprimer
  3. Très envie de le voir celui-ci ! J'ignore s'il est passé ou s'il passera dans ma brousse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Met du gaz dans ton tracteur, il doit bien passer quelque part en ce moment entre deux troupeaux de vaches... Parce qu'il vaut le coup...

      Supprimer
  4. Désolée pour mon premier commentaire de ne pas partager ton enthousiasme. J'ai tellement détesté ce film interminable et guimauve que je n'en ai pas parlé chez moi.
    C'est une histoire vraie ? Je n'y ai pas cru une seconde.
    On devrait verser des torrents de larmes (et j'aime me transformer en flaque au cinéma) ? J'ai juste ressenti de l'agacement. Rien ne tient. Je n'ai cru à rien.
    Mais la perruque de Nicole j'en ris encore.
    Et Dev et David (Faramir) sont très beaux.
    Et vive Google earth !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y'a pas à être désolé. Pour moi, la magie a opéré, même si la recherche google du film affiche un raccourci énorme.

      Supprimer
  5. C'est la magie du cinéma :-)
    That's Entertainment folk !

    RépondreSupprimer
  6. J'ai adoré ce film dans son intégralité !

    Il y a quelques mois je me souviens avoir vu une émission et le thème était des personnes qui avaient un don bien spécifique. Il y avait un jeune homme, on lui montrait une carte géographie vu du ciel et en quelques secondes il donnait la ville et le pays ! Impressionnant le mec ! Un grain de riz dans un curry.
    Je trouve pour ma part que l'histoire n'a pas péché de ce côté là, d'autant plus qu'il met plus de deux ans à trouver !
    En revanche je suis d'accord avec toi, la coupe eighty de Nicole... à chier... oups :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus, tout le monde se fout de la coupe de cheveux de Nicole Kidman. Tout le monde ne regarde que son cul, surtout dans Eyes Wide Shut...

      Supprimer
    2. Ah je l'attendais celle là ;-)

      Supprimer