mardi 10 octobre 2017

Chat-Pitre Un

Une vie de chat, c'est pas facile. Encore moins quand il est question d'une jeune chatte qu'il faut initier à la vie, à ses dangers et ses plaisirs.

Chi, qui rime autant avec énergie que pipi ou Chablis . Un début tout en tristesse. Les larmes coulent, une petite boule de poil se retrouve séparée de sa maman. Cela pourrait être le début d'une grande aventure, façon roman initiatique - a little cat into the wild - la découverte de la chasse, de la cueillette, auto-apprentissage qui forge le caractère, la détermination et la confiance en soi. Bref, à l'état sauvage, en terre inconnue. Cap sur l'aventure.

Sauf que ça vire vite au cauchemar. Chi se retrouve à deux pattes de se retrouver écraser par un gros food-truck qui en aurait fait de la chair à hamburger bourgeois. Chi se retrouve à une queue de se faire bouffer par un molosse, genre ennemi canin, aux dents longues et à l'appétit féroce. Reste zen Chi, c'est dans ton Chi que se trouve ton énergie vitale.


HHAA ! Un cri... Fureur, rage, surprise, rire. Un petit garçon découvre cet être si frêle et si fragile. Une nouvelle maison, temporaire - au Japon les chats ne sont pas forcément bien admis dans les appartements. Un bol de lait. Lap lap lap, léche... Mais c'est surtout le début d'une vie sociale, apprendre à jouer, apprendre à faire pipi, et pas forcément dans le panier de linge sale que le chemisier en soie de maman inonde de son parfum mi-floral mi-sueur, sauce aigre-douce d'une nuit de vie, faire ses griffes, et pas forcément contre la bibliothèque de papa, contre le bar de papa, contre le rocking-chair de papa, sauter par tout, j'adore les balles rebondissantes...la Chat-tastrophe.

HHAA ! Un cri... le deuxième... Encore plus de fureur. Je spolie tout le livre, mais comme je suis du genre à pas être lu, dès que je sors de mes sentiers battus, lectures pornos lectures d'alcoolo, tu ne me tiendras pas rigueur. Ce petit livre est dans le genre kawaï que j'ai déjà piqué le second tome, surtout que la fin de cet épisode 1 amène un suspens presque démoniaque. Je frémis, l'angoisse me monte, retenir mes larmes, sortir ma bouteille...  

Papa, lui, vient de réaliser qu'une petite chatte a besoin de beaucoup de câlins et que ça lui plaît bien !
HHAA ! Un cri... Jouissance... Miaou... Chat-lut.

Et quand une grenouille se trouve sur le chemin de ce petit chaton, cela donne un moment déli-Chi-eusement régressif !

Chi 1. Un Chaton Tout Mignon, Konami Kanata.


12 commentaires:

  1. Je l'ai lu celui-ci et j'en ai même parlé il y a quelques années !!
    Sacré Bison, il me surprendra toujours... ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te dirai bien que le Bison mériterait d'être mieux connu, mais je n'y crois même pas ; -)

      Supprimer
  2. Peut-on supposer que la vodkawaï est sans alcool ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jolie, la vodkawaï !!

      Sans alcool ? WTF !!! Oui, je le place à toutes les sauces arrangées à la vodka

      Supprimer
  3. Je trouve le dessin tellement attendrissant !
    Oui c' est vrai tu nous surprendras toujours Bibison ;-)

    Au fond tu as le coeur grenadine ! Tu caches bien ton jeu ;-)


    MIAAAAAOUUUUUUUUU !!! :-D

    RépondreSupprimer
  4. et ce billet n'est ^pas du tout à double sens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas mon genre, je suis plus dans le sens unique...

      Supprimer
  5. Tout va bien, j'ai bu mon premier verre de vodka à six ans ! (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça explique donc ta passion pour la littérature de l'Europe de l'Est !

      Supprimer
  6. Ben trop sweet c'te p'tite boule de poils! ^^
    Lap lap lap........... meowwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwww :D
    Faudra quand même que je découvre ce ti Chi un jour! <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Totalement sweet, cette petite chatte qu'on a envie de la caresser...

      Supprimer