jeudi 19 mars 2020

la Vérité est Ailleurs


Flint City, un coin presque perdu dans l’Oklahoma. Un petit garçon y est retrouvé mort aux abords du parc, couvert de sang, sodomisé par une branche, couvert de sperme. Ça te pose une ambiance, quand tu gares ton pick-up dans le dinner du coin ouvert très tard dans la nuit ou très tôt le matin. Tu commandes un café, avec quelques œufs brouillés, une serveuse au joli sourire pas brouillé. Un suspect, coach Terry. L’entraineur de tous les gamins de Flint City depuis des années, un homme bon et bien sous tout rapport. Mais le connait-on bien, ce monstre ? Comment est-il capable d’une telle atrocité. L’humanité en prend une nouvelle fois un coup… Deux policiers viennent l’arrêter, sur le carré de la pelouse, demi-finale de la conférence junior de base-ball. C’est la sidération sur le banc, dans les tribunes, dans la ville. Comme un lynchage sur place publique.

« Le monde est rempli de coins et recoins étranges. »

Le procès… Une évidence… Des témoins l’ont vu, chemise ensanglantée, camionnette volée. Enfin... une vieille, une gamine, un ancien taulard ancien alcoolique ancien camé et un type qui sort d’un bar avec des filles qui font danser leur poitrine nue devant quelques clients. Ça a l’air d’être quand même du lourd. Sauf que coach Terry semble avoir un solide alibi, à l’autre bout de l’état. Il était à une conférence d’Harlan Coben, grand maître du crime et des ventes de bouquins, avec ses collègues de boulot, confrérie des profs d’anglais. Qui croire… Ou plutôt que croire. Car cela me semble bien étrange comme histoire… Certaines évidences ne sont pas aussi évidentes. Des coins et recoins bien étranges dans la vicissitude de la vie et de cette banlieue si tranquille.   

Et lorsque tu n’y crois plus, il te reste quoi ? Le paranormal ! Après tout, c’est du King qui commence comme un polar avec procès à la clef et qui, insidieusement, te fait basculer vers les affres d’un monde où la vérité semble ailleurs. Au final, j’y vais de mon jugement ultra perso, pas le meilleur des King, j’ai bien été accroché au début, mais par la suite, le King ne m’a pas autant surpris que je pusse l’espérer. Bon, je vous laisse les bisons, et autres bêtes à deux pattes, j’ai une série à regarder sur OCS, ça s’appelle « The Outsider ».

« A mon avis, c’est quelqu’un d’ailleurs. Un « outsider ». »

« L'Outsider », Stephen King.
Traduction : Jean Esch.



13 commentaires:

  1. Attention à la bière : en ces temps de confinement, ça va être difficile à éliminer ! ^^

    RépondreSupprimer
  2. Stephen King, c'est du solide et ça a fait ses preuves. Connaissais pas ce groupe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Greta Van Fleet, un tout jeune groupe, juste un album derrière eux et deux EP... Des influences fortement Lez Zeppelin, le jeune chanteur ne s'en cache pas imite jusqu'au timbre de Robert Plant...

      Supprimer
  3. Je viens justement de lire un King récemment !

    RépondreSupprimer
  4. Ah pour une fois j'ai lu un livre que tu as lu 👌
    Comme toi j'ai été bien accrochée pendant un long temps et effarée de voir comment la vie peut basculer d'un instant à l'autre et comment un citoyen respecté et aimé devient la bête à abattre. C'est vraiment intéressant et puis ça se met à traîner en longueur et l'apparition du surnaturel est décevante.
    Mais cela reste un King donc super bien écrit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De la longueur... King est habitué du fait, mais des fois ça passe mieux que d'autres... Le surnaturel n'apporte pas grand chose, comme s'il ne savait pas s'il fallait l'exploiter à fond... ou pas...

      Supprimer
  5. Réponses
    1. non... je trouve jamais rien à tes jeux... ça me désespère ! :-)

      Supprimer
  6. Ils sont trop forts, ça me désespère aussi. Je passe du temps à préparer.

    RépondreSupprimer